LEXIQUE : LETTRE M

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Note : l'abréviation EW est utilisée pour "Encyclopédie Wikipédia".

Magnitude (n. f.) - Informations EW : cliquer ici.
Le créateur du premier catalogue d'étoiles, Hipparque de Nicée (astronome grec du 2ème siècle avant J.C.) fut aussi l'inventeur du système utilisé pour mesurer la luminosité des étoiles. Il attribua à chaque étoile une "magnitude" : les étoiles les plus brillantes se virent attribuer la magnitude 1, celles un peu moins brillantes la magnitude 2, et ainsi de suite jusqu'à la magnitude 6. L'attribution des magnitudes était basée uniquement sur des observations visuelles sans l'assistance d'un instrument optique, et reposait donc uniquement sur des estimations des luminosités des étoiles observées.
Les inventions des lunettes puis des télescopes ont permis de découvrir des objets beaucoup moins lumineux que la magnitude 6, de sorte que l'échelle des magnitudes a du être élargie, avec des nombres bien supérieurs à 6. Par ailleurs, il a été décidé de fixer une définition précise à la notion de magnitude.
En particulier, il a été convenu qu'entre la magnitude 7 et la magnitude 2 (soit un écart de 5 magnitudes), la luminosité variait dans un rapport de 1 à 100.

Note
La formule mathématique liant magnitude et lumosité est : m2 - m1 = 2,5 log ( l1 / l2 ).
On voit que si le rapport l1 / l2 est égal à 100, on obtient log ( 100 ) = 2, et donc m2 - m1 = 2,5 x 2 = 5.


Une magnitude m donnée représente un objet 2,512 fois plus lumineux qu'un objet ayant une magnitude m+1.
Ce système peut paraître quelque peu bizarre et mal commode, mais il est maintenant beaucoup trop répandu pour pouvoir être changé.
Il implique par ailleurs l'existence de magnitudes qui ne sont pas des nombres entiers. Exemple :
Polaris ou étoile polaire (constellation de la Petite Ourse) a une magnitude de 2,02.
Enfin, il existe des objets beaucoup plus brillants que ceux de magnitude 1, d'où la nécessité d'utiliser des magnitudes inférieures à 1 et même négatives. Ainsi, l'étoile
Sirius, qui est la plus brillante du ciel, a une magnitude de -1,46. Le soleil, extrêment lumineux a une magnitude de -26,72 : ne jamais regarder le soleil sans utiliser un filtre spécial, sous peine de risquer une cécité en quelques secondes. Attention aussi aux instruments tels que : jumelles, télescopes, etc.
A l'oeil nu, la plupart des hommes ne peuvent pas voir des objets dont la luminosité est supérieure à la magnitude 6. Cette limite varie par ailleurs selon les individus et leurs âges.

Mouvement brownien - Informations détaillées EW : cliquer ici (attention : article difficile).
Il s'agit des mouvements très chaotiques, que l'on peut observer avec des moyens appropriés, d'une particule immergée dans un fluide (tel que : gaz, liquide), qui n'est soumise à aucune interaction (notamment électrique, magnétique, etc) avec les molécules composant le fluide. La taille de cette particule ne doit être non plus très petite par rapport à celle des molécules du fluide, sinon d'autres phénomènes que le mouvement brownien peuvent se produire.
Le mouvement brownien a été décrit pour la première fois en
1827 par le botaniste britannique Robert Brown, qui fut l'un des premiers chercheurs à utiliser couramment le microscope optique, lors de ses travaux sur les pollens.

Retour vers :

ACCUEIL SIGLES
HISTORIQUE LIENS INTERNET
NAVIGATION VIE PRATIQUE
LEXIQUE DIVERS


Haut de Page